Tourisme  >  Vieille Ville  >  histoire
history  storia 
Que nous apprend l`histoire?

Déjà au Ier siècle avant J.-C., les Celtes s’implantèrent dans notre région. Nombre de noms comme Kinzig par exemple, y font encore référence. Vinrent les Germains qui déferlèrent sur le pays. Rome les refoula aux alentours de la nouvelle ère. Ce sont les romains qui, de 73 à 260 après. J.-C-., colonisèrent durablement la région. De nombreuses découvertes, une colonne votive richement ornée, des monnaies et, en 1974, l’excavation d’un four en brique, témoignent de la présence romaine. La remarquable voie romaine de Strasbourg à Rottweil passait par Gengenbach.

S’en suivi la domination des Alamans qui dura environ 200 ans. Ces derniers se soumirent à Clovis et rejoignirent le giron Francs. La christianisation débuta avec l’évêque Primin qui reçut l’investiture évangélisatrice du duc franc Ruthard. Cet évêque fonda l’abbaye bénédictine de Gengenbach en 725 après avoir initié la construction du monastère de Reichenau. Ce monastère fut celui du roi, en propre, qui fit don d’importantes terres. Paysans et artisans accoururent à sa construction, non en dernier lieu en raison de la qualité de l’employeur. En 1230, le développement de la ville lui assura des doits communaux. L’abbé Lambert von Brunn, qui fut également évêque de Brixen, Spier, Strasbourg et Bamberg, mit fin aux exigences injustifiées du bailliage d’Ortenberg. Conseiller impérial de Charles IV, qui parvint, en 1366, à ranger les communes de Gengenbach. Zell sous tutelle royale directe leur assurant ainsi les libertés impériales afférentes. Au 16ème siècle Réforme et Contre Réforme apportèrent leur lot de troubles. La Guerre de Trente ans n’épargna ni ville ni monastère. Particulièrement funeste, l’année 1643 vit la ville plusieurs fois pillées par les troupes de Bernhard von Weimar.

A peine les plaies de la guerre furent-elles refermées que, en 1689, sur ordre du roi soleil Louis XIV, la ville fut mise à feu et à sang par les troupes françaises durant la guerre de succession du Palatinat. Avec force zèle et une volonté affirmée de paix, ville et monastère travaillèrent à leur réédification. C’est cette époque que data le paysage urbain de Gengenbach, celui que nous découvrons aujourd’hui encore.

L’activité exemplaire de ses corporations d’artisans associée aux droits commerciaux les plus anciens du Pays de Bade central assurèrent à la ville impériale une période particulièrement florissante. Témoin de cette époque, l’imposante mairie édifiée en 1784 au cœur de la ville. En 1803, la sécularisation mit fin au bénéfice de Ville Impériale libre. Le cloître fut dissout et la ville intégrée au grand-duché de Bade. Les villes liges de Reichenbach, Bermersbach et Schwaibach reçurent le statut de communes indépendantes.

Deux années firent date dans l’histoire de Gengebach : 1860 avec la fin du traité de Kinzig et 1866 qui vit la construction de la voie de chemin de fer de la Foret Noire.

La ville et ses habitants restèrent toujours fidèles à leurs traditions. En 1905, une loi locale d’urbanisation fut promulguée afin de préserver le caractère de la ville. Enfin, en 1955, le centre de la ville a été assimilé patrimoine historique.